The Bat (1959) Horror, Mystery, Thriller Full Length Movie

The Bat (1959) Horror, Mystery, Thriller Full Length Movie

SUBTITLE'S INFO:

Language: French

Type: Human

Number of phrases: 1018

Number of words: 8153

Number of symbols: 41307

DOWNLOAD SUBTITLES:

DOWNLOAD AUDIO AND VIDEO:

SUBTITLES:

Subtitles prepared by human
00:13
LA CHAUVE-SOURIS Voici le Nid du Faucon, un manoir à la campagne que j'avais loué pour l'été. Je suis auteur et j'écris principalement des romans policiers. Mais nulle part dans mes publications, je n'ai relaté d'éléments aussi étranges que ceux qui ont eu lieu dans ce manoir. J'avais fait venir un domestique de mon appartement en ville. Ainsi que mon intendante Lizzie Allen, à mon service depuis presque 20 ans. Oui, Mlle Cornelia. Le chauffeur est arrivé ? Il attend dehors. Les domestiques fomentent une rebellion et envisagent de partir. Non, vraiment ? Je savais qu'ils n'appréciaient pas cet endroit, mais j'ignorais que... Mais à ce point-là ? C'est que la rumeur circule à propos de ce tueur, surnommé "la chauve-souris". Ils savent qu'il a commis des crimes dans ces murs, l'été dernier. Tout le monde dit qu'il sera de retour cette année. Sur quoi se base-t-on pour affirmer ça ? Est-ce qu'il a commis un nouveau crime ? Pas encore, mais qui nous dit qu'il ne le fera pas bientôt ? Autre chose encore, vous saviez qu'ils avaient trouvé une chauve-souris ici récemment, je parle de l'animal, celui qui vole la nuit. Regardez ce qu'ils disent dans ce magazine... le ministère de la santé déconseille à quiconque de s'en approcher. Certaines auraient la rage. - Ça alors ! - Attendez d'entendre le plus beau...
02:32
il paraît qu'il s'agit de la chauve-souris en personne, je parle du tueur, qui aurait lâché des chauves-souris enragées dans toute la région. C'est parfaitement ridicule ! Sauf que tout le personnel semble être convaincu. Je ne vais pas perdre mon temps à les raisonner. Si quelques rumeurs insensées, sans fondement, suffisent à leur faire quitter leur emploi... eh bien, tant pis pour eux, ça m'est égal. Allons-y, je vais être en retard à la banque. Veuillez nous conduire directement à la banque, Warner. Nous devons nous dépêcher, c'est bientôt la fermeture. Ne vous inquiétez pas Mlle. Et encore merci. Mlle Van Gorder ! Comment allez-vous, M.Bailey ? Vous souvenez-vous de Lizzie Allen ? Vous allez passer l'été parmi nous, il me semble ? J'ai loué le Nid du Faucon, la demeure de votre cher Président, John Flemming. On m'en a parlé, ça m'avait beaucoup surpris. Pourquoi, il y a un problème avec le manoir ? Ce qui m'étonne c'est que M.Flemming avait juré de ne pas le louer. Je l'ai directement loué à son neveu Marc qui tient l'agence immobilière, il m'a dit que son oncle sera absent tout l'été. En effet, c'est exact. M.Flemming est dans les forêts du nord, avec le Dr Wells. Je vous demande pardon. Dayle ! Je voudrais vous présenter ma femme. Nous nous sommes mariés à Noël.
04:08
- Ça a dû être agréable ! - Ça c'est sûr. Quel honneur, Cornelia Van Gorder ! Vous savez, j'ai lu tous vos romans du premier jusqu'au dernier, et j'avoue que mon préféré c'est "L'étrange mort du docteur X". Même s'il m'a donné des frissons. Quoi, seulement des frissons ? Moi il m'a empêchée de dormir ! En tout cas, je suis bien de votre avis, Mlle Corné a frappé fort avec celui-là. Quand vous parlez de mes romans, je vous prie de ne pas m'appeler Corné ! Excusez-moi. M.Hines est arrivé. Ne lui signez pas d'autographe. Ainsi, vous êtes une jeune mariée ! Plus tout à fait, j'en ai peur. C'est drôle, je parierai vous avoir dejà vue. Eh bien, c'est que j'étais la secrétaire de mon mari, dans cette banque. Mais bien sûr, je m'en souviens à présent. Puis-je me permettre de saluer la plus célèbre de nos visiteuses ? Voilà qui est bien gentil de votre part, mais... C'est le Lt Anderson. Ce monsieur est le chef de police de cette charmante ville. Le Lt Anderson, est l'un de nos habitants les plus actifs, il est au conseil d'administration de la banque. C'est plutôt pas mal pour un policier. Eh bien, je vois que l'argent du crime profite. J'ai beaucoup économisé, si c'est ce que vous voulez dire. La banque va fermer d'une minute à l'autre. Je vous laisse, il faut que j'aille au coffre fort. Passez donc me voir, Mme Bailey. Décidément, quelle charmante femme.
05:48
Elle a emménagé hier dans le Nid du Faucon. Un auteur de romans policiers ne pouvait rêver mieux pour ses vacances. Oui, c'est certain. Que se passe-t-il ? Entrez une minute, tous les deux. Andy, on a de gros problèmes. Wendel Hines est venu retirer 350 000 dollars, en bons du trésor et... nous avions gagé les titres pour garantir le prêt, les bons étaient rangés dans le coffre-fort. M.Flemming et moi, sommes les seuls à avoir accès au coffre-fort. Les bons du trésor de Hines ont disparu. D'autres valeurs négociables, aussi. D'après mes estimations qui demandent à être confirmées, la banque a été dévalisée de plus d'un million de dollars en valeurs et en titres. Vous allez devoir avertir Flemming. J'aurais aimé lui parler, en effet. Malheureusement, lui et le Dr Wells sont en pleine forêt. Impossible de les joindre au téléphone. Qu'est-ce que c'était ? J'avais cru entendre quelqu'un marcher et je me disais que c'était peut-être notre guide. Non, Sam ne viendra pas avant demain matin, il y 30 km en canoé qui nous séparent de la civilisation. Sam va mettre les bouchées doubles, il est porteur d'un message pour moi. Je croyais que vous n'étiez disponible pour personne de la banque. C'était la consigne. Mais ils vont vouloir m'appeler. Que feriez-vous pour un demi million de dollars ? N'importe quoi, à part un meurtre.
07:40
Pourquoi pas un meurtre ? C'est trop d'embarras. Vous trouvez ça trop risqué ? Pour un demi million ? Assurément. J'ai dérobé un million de dollars à la banque. Non, je ne plaisante pas. Je les ai détournés. Je ne doute pas que vous le feriez si vous étiez sûr de vous en sortir. Je m'en suis sorti comme un charme. Bien sûr, je ne vous parle pas d'argent liquide. Je n'ai pris que des valeurs négociables qui peuvent être échangées. Je les ai échangées contre du cash. Un million en coupures de 10, 20 et 100 dollars. Je suis votre médecin, pas votre avocat. Pourquoi me confier ça ? Vous le saurez bien assez tôt. Et qui sera tenu pour responsable à la banque ? Mais le caissier, évidemment. Qui pourrait me suspecter ? - J'aime bien Bailey. - Moi aussi. C'est un type adorable. Et c'est moi qui lui ai donné sa chance. Il s'est trouvé une très gentille femme. Une fille charmante. J'étais témoin à leur mariage. Où il est ce million ? Dans le caveau familial à Zenith. Dans une crypte à côté du cercueil de mon père. Je ne vous crois pas, John. Vous oubliez que je suis resté longtemps à votre chevet lorsque vous étiez malade. Et que vous déliriez à voix haute. Une fois, je vous ai entendu parler d'une pièce dérobée, où pourriez-vous disposer d'une pièce à part dans ce manoir que vous avez bâti ?
09:06
Ce monument que vous avez appelé le Nid du Faucon. Il est de notoriété que j'ai des petits soucis cardiaques. Qui serait surpris à la banque s'ils reçoivaient un télégramme leur annonçant que mon coeur a lâché. Que j'ai fait une chute d'une grande hauteur, ici dans la fôret ? Que mon corps est dans un état lamentable. Vous pourriez alors le ramener pour l'enterrer et... et donner des instructions pour ne pas ouvrir le cercueil, vu l'état du corps. Je suppose que vous êtes conscient du fait, John, Qu'il faudrait qu'il y ait un corps dans le cercueil, tôt ou tard nous aurons affaire à un employé des pompes funèbres. Evidemment. Et on le trouve où, le macchabée ? Et si on en trouvait un tout seul ? Que pensez-vous de Sam ? Sam, notre guide ? Sam et moi sommes de la même corpulence. Il vit quasiment en ermite. On ne remarquera pas son absence avant longtemps. Le croque-mort du coin le reconnaîtra. Pas si on fait en sorte que le corps ne puisse être identifié. Mais si Bailey tombe à votre place, à quoi bon ce stratagème ? C'est qu'un jury pourrait bien l'acquitter, et dans ce cas, je serais logiquement le suspect suivant. Je pourrais disparaître, évidemment mais... C'est plus sûr s'ils me croient mort. Et si je refuse de marcher dans la combine ? Laissez-moi vous dire que ce serait... dommage. Vous iriez jusqu'à me tuer ?
10:37
Que pourrais-je faire d'autre ? Maintenant que vous savez pour le million... un accident de chasse c'est vite arrivé. A vous de voir, docteur. Si vous désirez trouver un autre corps que celui de Sam, je n'y vois aucun inconvénient. Il y a un demi million à la clé, pour vous. Je ferai de mon mieux. On dirait que ça sent le brûlé. Oui et vous entendez ces crépitements ? Docteur, regardez ! Un incendie ! Il se propage dans notre direction. Il faut partir d'ici. Par la porte de derrière. Dès que j'aurai résolu le problème de ce corps qui nous fait tant défaut. Bonté Divine. Est-ce que c'est vous ? Oui Mlle, et je peux vous dire qu'il se prépare un sacré orage. Le vent souffle si fort, qu'il a presque arraché la porte du salon. Mes cartes ont été soufflées, je crois que j'en ai perdues quelques unes. Vous avez réussi à trouver le journal ? Décidément ce livreur est une fripouille, il l'a balancé sans descendre de sa bicyclette. Pour l'amour du Ciel ! M.Vick Bailey a été arrêté. Victor Bailey, le vice président et le caissier de la banque de Zenith, a été entendu hier matin dans le bureau du procureur, il devra répondre d'un détournement de plus d'un million de dollars.
12:30
Je ne peux pas croire que Vick soit impliqué dans ce détournement. On dirait que notre loueur est de retour parmi nous. Comment ça notre loueur ? M.Flemming. Le docteur Wells est revenu en ville, avec le corps de John Flemming, le président de la banque de Zenith, décédé dans un incendie de forêt, M.Flemming sera enterré dans le caveau de famille vendredi prochain. Eh bien, espérons qu'il n'en ressorte jamais. Qui aurait-il à redouter ? Nous sommes dans sa maison, il me semble, depuis qu'il est mort, des évènements étranges se sont produits ici. Tous les membres du personnel ont entendu de drôles de bruit, durant la nuit. Et la bonne d'étage affirme avoir vu un homme sans visage se diriger vers la porte de derrière. Alors, c'est pour ça qu'ils se sont tous sauvés, et qu'au final, je me retrouve toute seule. Ils n'ont pas osé l'avouer Mlle, mais le fait est qu'ils avaient peur de rester. Mais vous êtes restée, vous ! Vous n'avez rien vu d'étrange ? Même si ça avait été le cas, je n'ai pas peur des fantômes. Ce sont eux qui ont peur de moi. Je n'invente rien, Mllle. Une voyante m'a dit une fois, que mon aura faisait fuir les fantômes. Mais cet homme chauve-souris qui défait la chronique,
13:54
je ne sais pas si je lui ferai peur. Non, je pense que votre aura fait beaucoup d'effet sur lui. Non, mais à quoi est-ce qu'ils jouent ? C'est à croire qu'ils veulent que les gens désertent la région ! Pourquoi ? Que racontent-ils à propos de la chauve-souris ? Il semblerait qu'il tue tout particulièrement les femmes. Mon Dieu ! Il en a tué deux, rien qu'en une nuit. Et à chaque fois, il les tue de la même façon. La gorge tranchée de part et d'autre comme par des crocs d'acier. Eh bien, un charmant mode opératoire. Il faudrait que j'essaie à l'occasion. Dans un roman ! Ce n'est rien, seulement les volets qui claquent. Le claquement est différent, je pencherai pour une porte. Ecoutez plutôt ça. Une des victimes qui a survécu quelques instants, a décrit la chauve-souris comme un homme dont il manquerait le visage. Franchement, cette femme devait avoir tendance à exagérer. C'est seulement cette tapisserie lourde en haut de l'escalier. Je le sais ! Ça me réveille tous les soirs. Mais là, on aurait cru entendre quelqu'un descendre les escaliers. Il n'y a personne là-haut pourtant... Enfin théoriquement. L'étage est désert. C'est tout à fait normal d'entendre des bruits dans une vieille maison, la nuit.
15:36
Ils disent également, que la chauve-souris ne laisse jamais d'empreintes derrière lui. Ma foi, c'est compréhensible. S'il n'a pas de visage, pourquoi voudriez-vous qu'il ait des doigts ? Laissez-moi un peu deviner, ça c'est le chat qui fait ses griffes sur le sol ! Non, ça m'étonnerait un peu. Mais je crois que ça mérite d'aller jeter un coup d'oeil. Mais enfin, qui l'a fait dévaler les escaliers ? Le vent ! Qui d'autre ? Il doit y avoir une fenêtre ouverte là-haut. Non... laissez-le par terre. Lui aussi a le droit de dormir. Il reste à espérer que les câbles à haute tension, tiendront le coup. Allons vérifier que les fenêtres soient fermées dans le salon. Tirons les rideaux et ensuite dans nos chambres. J'en ai pour une minute. - Oh, mon Dieu ! - Que se passe-t-il ? Quand je suis sortie chercher le journal, j'avais bien entendu ouvert le loquet et j'avais oublié de le refermer une fois rentrée. Il est là, dehors ! Il a essayé d'entrer. Il a bien failli vous trancher la gorge ! Mais il a échoué, il est toujours à l'extérieur, et tout cela, grâce à vous. Voulez-vous que j'appelle la police ? Non, je ne vous lâcherai pas, Mlle Cornelia. Est-ce que ça va ? Oui, ça va. Passez-moi la police, s'il vous plaît.
17:42
Je réside au Nid du Faucon. Oui, on est au courant, Mme. Il y quelques minutes de cela, un homme a tenté de rentrer de force dans la maison. Je crois savoir que vous n'êtes pas seule. Envoyez un de vos domestiques Je n'ai plus personne, à l'exception de mon chauffeur, il a pris sa journée, il revient demain matin. Ce qui fait que nous ne sommes que toutes les deux, cette nuit. En fait, nous allons nous enfermer dans ma chambre. Si l'un de vos hommes repérait quelqu'un, pourriez-vous lui dire de m'appeler ? J'envoie immédiatement des agents sur place. Je vous remercie. Venez, allons dormir dans ma chambre. Bien, je crois que nous voilà bien barricadées. Nous sommes à l'abri du danger. Cette porte à l'air plutôt solide. Aussi solide que la porte d'un caveau. Ce divan doit être assez confortable, il y a des draps et des couvertures dans... Alors voyons un peu ça. Pas la moindre serrure, voilà qui ne me plaît pas trop. Qu'est-ce que c'est que ça ? Ça, ma petite dame, c'est un système d'alarme. Si quelqu'un essaie d'ouvrir ce vasistas ceci tombera par terre, et nous serons donc alertées. Ah, quelle tête de linotte ! J'ai oublié tout ce dont j'ai besoin. Ma robe de chambre, mes pantoufles... Je reviens immédiatement. Attendez, Lizzie. Je viens avec vous !
20:12
Ne vous donnez pas cette peine, ma chambre est au bout du couloir. Tout va bien se passer, ça ne prendra que quelques secondes. Ici la police de Zenith. Nous avons posté un véhicule de patrouille devant chez vous, les agents ont fait tout le tour et n'ont trouvé aucune trace d'un rodeur. C'est normal, il est à l'intérieur, à présent. Il est dans le couloir, à quelques mètres de ma chambre. Dites à vos hommes d'enfoncer la porte et de fouiller à fond cette maison. Entendu, Mlle. Ne vous inquiétez pas. Aucun risque, j'ai un pistolet. Et je sais m'en servir. Essayez de vous détendre, les policiers ont été très consciencieux, ils ont cherché partout et ils n'ont trouvé personne. Peut-être, mais nous l'avons vu toutes les deux, cet individu. Vous avez raison, ça veut simplement dire qu'il s'est échappé. Il y deux agents en faction dehors, alors dormez donc tranquillement. Nous sommes absolument hors de danger. - Qu'est-ce qu'il y a ? - Une chauve-souris ! Allons, un peu de sérieux, vous avez fait un cauchemar. Peut-être bien. Mais il y avait une chauve-souris. Elle m'a mordue ! Elle a disparu dans le placard. Oh, ça alors ! Que je sois damnée ! Mettez-moi en contact avec le Dr Malcom Wells, le plus vite possible. J'ignore son numéro, je n'ai pas de bottin, ici.
22:44
Mais il s'agit d'une urgence. Passez-moi son cabinet, s'il vous plaît. Oh, Dieu du ciel, ne me dites pas que je vais attraper la rage ! "Le docteur Wells est absent pour le moment, mais laissez votre numéro... j'essaierai de le joindre." Une chauve-souris vient de mordre mon intendante, et peut-être lui a-t-elle transmis la rage. Il faut la vacciner le plus vite possible. On m'a dit que le Dr Wells était le plus proche. Je vais essayer de le joindre sinon, je vous enverrai un de ses confrères. A la bonne heure ! Merci beaucoup. On l'a déjà appelé... Espérons que ce n'est pas un accouchement. On serait dans de beaux draps. Ça dure très longtemps ces choses-là ! Ça ne m'a jamais posé de problème. Lizzie, vous n'avez jamais mis au monde ! C'est bien pour ça que je le dis. - C'est douloureux, on dirait ? - Oui, un peu. Vous êtes là, docteur ? Un appel de "message-service" pour vous. C'est pour une urgence. Bonjour, j'étais en train de faire une expérience et j'avais décroché. C'est ce que je me suis dit, c'est pour ça que j'ai insisté. L'intendante de Mlle Van Gorder a été mordue par une chauve-souris. L'animal est peut-être porteur de la rage. Dites-lui que j'arrive tout de suite. - Qui est là ? - C'est le Dr Wells. Je suis tellement contente. Ils ont pu vous joindre, finalement. Je suis passé au cabinet juste après votre appel. Comment va votre intendante ? Est-ce qu'elle souffre beaucoup ? Non, elle va plutôt bien.
27:16
La chauve-souris s'est échappée ? Non, je crois bien qu'elle est toujours dans ma chambre. Tant mieux, j'aimerais l'examiner. Et voilà, vous vous sentez mieux ? Docteur, est-ce que oui ou non, j'ai la rage ? Ça je ne le saurais qu'après avoir examiné la cervelle de la chauve souris. Cette horreur volante a une cervelle ? C'est un animal très complexe. Où se trouve-t-elle ? Je crois que la petite chérie s'est réfugiée dans le placard. Je crois que vous n'auriez pas dû louer ce manoir, Mlle. Et pourquoi, Dr ? Eh, bien loin de moi l'idée de vous faire peur outre mesure, mais... Après ce qui s'est passé, je suis vaccinée contre la peur. Je comprends tout à fait. Ça a dû être traumatisant. Il s'est produit des évènements tellement insolites dans cette maison. Une étrange atmosphère se dégage de ces murs. Vos domestiques ont dû le sentir et c'est pour ça qu'ils ont quitté les lieux. C'est comme s'ils avaient flairé le désastre. Ah oui, la voilà ! Allez laisse-toi faire, tu veux ? Personne ne te fera de mal, là, calme-toi. Elle paraît tout à fait normale, aucune pathologie apparente. Voilà qui est rassurant. Je commençais à m'inquiéter sérieusement. Ma foi, c'est bien naturel. Son aspect extérieur ne présente à première vue, aucun signe d'infection. Décidément, on peut dire que vous l'avez échappée belle !
28:46
Vous allez prendre un comprimé que contient ce flacon et je vous garantis que vous passerez une bonne nuit. Je passerai vous voir demain matin. Vraiment merci pour tout, docteur. Restez donc, je saurai retrouver le chemin. Je n'en doute pas, mais je descends avec vous. Une fois que j'aurai passé la porte, il vous faudra remonter toute seule. Je devrais y arriver, je suis armée à présent. Etes-vous sûre de savoir vous servir de ceci sans vous crever un oeil ? Docteur, il y a un pistolet dans chacun de mes romans, et quand j'écris, je maîtrise toujours mon sujet. Fermez la porte. Un accident ? Non, un très violent courant d'air. Enfin, je crois. Savez-vous que le jeune Flemming vous a loué ce manoir sans le consentement de son oncle ? Non, je l'ignorais. Cela importe peu, maintenant. John est mort et Marc est son héritier. Mais si John était encore en vie, il vous prierait de quitter les lieux. Vous croyez ? Cet endroit a invariablement porté malchance à ceux qui l'ont occupé. Allez, bonne nuit. Qui va là ? Quelqu'un de bien innocent, Docteur. C'est Andy. Il y a quelqu'un de malade ici ? Mon intendante s'est fait mordre par une chauve-souris. Etait-elle enragée ? Je n'en serais sûr qu'à mon retour à mon labo. J'ai capturé l'animal. C'est arrivé à l'intérieur ?
30:12
- Oui, dans ma chambre. - Comment est-elle entrée ? Une chauve-souris peut entrer de bien des façons dans une maison. Vous êtes expert, on dirait. J'ai remarqué cette ouverture sur la porte tout à l'heure. C'est ce qui a permis à la chauve-souris de s'introduire. Mlle Van Gorder, m'a dit qu'elle a appelé le commissariat de Zenith. Deux fois. La deuxième fois, le rodeur était déjà à l'intérieur. Vous n'étiez pas sur place, Andy ? Non, mais on m'a contacté. Un agent est venu, il a fouillé et n'a pas trouvé notre homme. Vous feriez bien de faire réparer ça dès demain. Et moi, je crois que je ferai mieux d'y aller. J'ai une opération demain à 8 h. Bonne nuit. Un de mes hommes va patrouiller pendant toute la nuit. Et personne à l'intérieur ? En quoi serait-ce utile ? Qui vous dit que votre tueur de femmes ne se trouve pas dans le manoir même. Je suis quasiment sûr qu'il n'est pas à l'intérieur. Plus maintenant. - Bonjour Andy ! - Bonjour Marc ! Eh bien, mes félicitations. Je vois qu'on ne connait pas la crise dans l'immobilier. - Nouveaux locaux, nouvelle décoration. - Nouveaux contrats. Vous trouvez ça comment ? Ça ne doit pas être bon marché ! Bien sûr, j'oubliais votre héritage. Je ne l'ai pas encore touché. J'ai lu dans le journal que John vous a légué l'intégralité de sa fortune.
31:54
L'ennui, c'est que cette fortune, personne ne semble savoir où elle est. Vous êtes sérieux ? Tout ce que mon oncle a laissé sur son compte, s'élève à 200 dollars. Quand à son coffre, il était vide. Si on ne retrouve pas bientôt ce million, ça risque aussi de m'arriver. Et pourquoi ça ? J'ai investi toutes mes économies dans des parts sociales de la banque. Et la commission ne déclarera l'établissement solvable, qu'à la condition qu'on retrouve les valeurs négociables. Du coup les actionnaires on voté une motion pour mettre certains à l'écart. Cela était prévu au moment où les valeurs auraient été converties en cash. Si je ne retrouve pas cette somme d'argent, je suis ruiné. Où allez-vous orienter vos recherches? Ici, à Zenith. Vous croyez que votre oncle serait parti chasser avec un million ? Vous soupçonnez mon Oncle John ? Et pourquoi, Andy ? C'est lui le fondateur de cette banque. Ce serait comme piller ce caveau de famille. Il n'en serait pas capable ? Oh, non. Et puis, d'ailleurs... ce sont les empreintes de Vick Bailey qu'on a retrouvé. Celles de mon oncle n'étaient pas sur le coffre. Il les a simplement effacées. Et la défense pourra le prouver ? Ils s'y emploieront. July Hollander, la secrétaire de Bailey va comparaître. Tout le monde dit que son témoignage peut bien influencer le jury. Ça... son influence sur moi n'est plus à prouver.
33:13
July est un ange. C'est de celui-là que nous parlions, July. C'est votre dernier roman ? Il vient tout juste d'être publié. Gardez-le donc. C'est une première édition et en plus elle est signée. - C'est la moindre des choses. - Merci beaucoup. Voulez-vous que je serve le thé, Mlle ? Ma foi, vous avez trouvé de nouveaux domestiques ? Comment les avez-vous convaincu de s'installer au manoir ? Ma nouvelle servante connait ces murs mieux que quiconque. Elle travaillait pour John Flemming. Quand à Warner, hé bien c'était mon chauffeur. Un chauffeur qui devient un majordome ? Je sais c'est incroyable ! La polyvalence fait tellement défaut, de nos jours. Avez-vous contacté un plombier, Warner ? Il ne pourra pas venir avant trois jours. Mais ce tuyau fuit comme ce n'est pas permis au sous-sol. Dans trois jours, nous serons inondés. Le tuyau ne fuit plus dans l'immédiat. Ces canalisations seraient-elles dotées d'intelligence ? Non, j'ai bouché le coude d'où provenait la fuite temporairement. Bouché le coude, vous dites ? Et où donc avez-vous appris à faire ça ? Depuis la nuit des temps, l'eau tombe du ciel abondamment, et l'homme a dû apprendre à se maintenir au sec. Avez-vous besoin d'autre chose, Mlle ? Avouez que c'est un sacré personnage. Depuis combien de temps travaillait-il pour vous en tant que chauffeur ? A peu près trois mois.
34:38
J'espère pour vous qu'il n'a pas de casier judiciaire. Ma chère Dayle, il est de mon devoir de vous rappeler que peu de temps avant de décéder, John Flemming m'a dit qu'il aimait votre mari comme son propre enfant. Si Flemming ne nous avait pas quittés, il se battrait comme un lion pour prouver l'innocence de Vick. Et monsieur Flemming, pourrait-il prouver son innocence ? Mlle, se pourrait-il que vous en doutiez ? Ça se pourrait bien. En tout cas j'attendrai le témoignage de Mlle Hollander, pour l'exclure. Vous savez quelque chose qu'on ignore encore, July ? Quelque chose que j'ai vue de mes propres yeux. Elle n'est pas autorisée à en dire davantage. Mais enfin, loin de moi l'idée de la faire parler. Mais imaginons un instant que Flemming a en effet volé un million de dollars, Qu'en aurait-il fait, où se trouve-t-il à l'heure qu'il est ? Caché quelque part, là où sans danger il aurait pu le récupérer plus tard. Moi, si j'écrivais un tel récit, au lieu de m'éloigner du magot, je le cacherai quelque part dans ce bon vieux manoir. Sous une vieille latte de parquet ou dans la cheminée ? Si M.Flemming a eu le cran de voler un million de dollars, c'est qu'il avait préparé son coup à l'avance. Il a dû forcément prévoir une cachette. Et peut-être même lors de la construction du manoir. J'ai loué cette bâtisse par l'entremise de Marc, son neveu.
36:06
Et je me demande s'il n'aurait pas les plans, par hasard. Je lui demanderai. Excellent ! Lizzie, apportez le téléphone à Mme Bailey. Demandez-lui, maintenant. Le numéro est Sumet 75 37. Ça marche bien, Andy. J'aurais tort de me plaindre. Qu'est-ce que je disais, encore un client potentiel. Bonjour, Dayle ! Attendez une minute, je vais voir ce que je peux faire. C'est Dayle Bailey. Elle paraît agitée. Mlle Van Gorder veut savoir si j'ai encore les plans du Nid du Faucon. Que peut-elle bien vouloir en faire ? Il y a fort à parier qu'elle soupçonne votre oncle d'y avoir caché le butin. Vous les avez ces plans ? Ils doivent sûrement se trouver dans le manoir. Mais oui, bien sûr, il y a bien un endroit où mon oncle aurait pu les ranger Où exactement ? Je crois me souvenir qu'il en avait parlé il y longtemps, mais où précisément, ça je l'ignore. De toute façon je ne vois toujours pas mon cher oncle voler un million. Mais si je retrouve ces plans, je vous le ferai savoir. J'étais encore en culotte courte la dernière fois que j'ai vu ces plans, mais je passerai ce soir et nous les chercherons ensemble. Merci Marc, nous vous attendrons. D'après lui, les plans seraient quelque part dans la maison, - il va passer ce soir. - Très bien !
37:44
Dayle et July vont rester ici pendant le week-end, Voudriez-vous souper avec nous, ce soir ? Non merci, je ne peux pas. J'ai encore quelques visites à faire. Vous savez si July s'apprête à témoigner pour innocenter Vick Bailey, En portant l'accusation sur Flemming, nous ne serons pas les seuls à conclure que le magot est caché ici quelque part. N'en parlez à personne, jusqu'au moment où vous serez à la barre. Je ne dirai pas un mot. July, vous êtes la sagesse incarnée, ce qui ne fait qu'ajouter à votre charme. Je vous laisse, Mesdemoiselles. Il se passe tellement de choses surprenantes dans ce manoir. Avouez que c'est troublant. Etiez-vous la secrétaire de votre mari ? Vous maîtrisez la sténo ? Eh bien, ma chère, si vous voulez vous occuper l'esprit, vous pouvez m'aider à écrire l'histoire de cet assassin redoutable et mystérieux. La chauve-souris ! J'espère que ça vous a plu. Excellent souper Lizzie, comme d'habitude. Quelle magnifique pièce d'argenterie ! Originale, j'imagine ? Ça alors, cette horloge n'avait pas sonné depuis 10 ans, si j'en crois ce que Marc Flemming m'a raconté ! Pourquoi est-elle décollée du mur ? C'est bizarre ! Je l'ignore. Quelqu'un a dû la déplacer. Peut-être Lizzie, quand elle faisait le ménage.
41:11
Vous saviez qu'il y avait une porte sur ce côté du mur ? Bon sang, mais vous avez raison ! Peut-être que c'est l'entrée d'un passage secret ? On va peut-être découvrir ce fameux million de dollars. C'est une porte, mais sans poignée. Il doit y avoir une astuce. Appel, véhicule numéro 11. Rendez-vous au Nid du Faucon, immédiatement. On nous signale un meurtre. Je m'y rends. Contactez également le docteur Wells. Qu'il vienne immédiatement. C'est horrible ! On dirait qu'il a été égorgé par une créature dotée de serres ou de griffes. C'est sa signature. C'est comme ça qu'il tue ses victimes. J'espérais que les rumeurs concernant son retour étaient sans fondement, mais apparemment elles reposent sur des faits. Il a encore frappé ! Sur les lieux même où il a déjà tué. Vous savez de qui je parle ? De cet ignoble assassin, la chauve-souris ! Qui a trouvé Marc ? Toutes les trois. C'est-à-dire Dayle, July et moi. Lizzie était encore dans le salon. Je vous présente ma nouvelle servante, Jane Peterson. Elle travaillait pour John Flemming. On se connaît. Où étiez-vous, Mme Peterson ?
43:02
Dans la cuisine. Je nettoyais. C'est moi qui cuisinais ce soir. Saviez-vous qu'un placard secret se trouvait ici ? Non, d'ailleurs il était caché par l'horloge. En fait c'est moi qui l'ai trouvé. J'ai remarqué que l'on avait déplacé l'horloge et que la porte était entrouverte. Je vais ouvrir. La gorge tranchée de part et d'autre, comme pour les autres. A quand remonte le décés ? Je dirai une petite demi-heure. Un coup de la chauve-souris ? C'est son mode opératoire. Il est peut-être encore dans ces murs. C'est probable, en effet. Pourquoi serait-il resté ? Parce qu'il cherche une chose. Et comme vous, il croit qu'elle est ici. Il n'est pas du genre à s'avouer vaincu. Aussi je vous conseille de quitter cette demeure aussi vite que possible. Et ceci malgré la protection experte de la police locale. Vous avez appelé la morgue ? Ça me laissera quelques instants pour examiner le corps. Y-a-t-il une autre pièce disponible ? Warner ! Où étiez-vous passé ? Eh bien c'est que... Il y a eu un accident ? Dites plutôt un meurtre. Le jeune homme qui m'a loué le manoir, il a été tué ce soir. - Ils savent qui est le meurtrier ? - Ils pensent que c'est la chauve-souris. Navré d'avoir utilisé la porte d'entrée, mais je n'avais pas mes clés. J'ai bien sûr sonné à la porte de service,
45:06
mais personne n'a répondu. Je vous présente mon majordome. Il était mon chauffeur. Pourquoi une telle promotion ? C'est difficile de trouver un majordome. Ils rechignent à s'installer à la campagne. Vous avez déjà été majordome ? J'ai endossé bon nombre d'uniformes, mais j'étais de repos ce soir et j'avais oublié mes clés. C'est ce que j'ai cru comprendre. A quelle heure êtes-vous sorti ce soir ? Je dirai à 6h30, j'ai dîné chez Wally, près de la nationale. Vous pourriez le prouver ainsi que pour les heures suivantes ? Je peux essayer. Je vous le conseille. Ne quittez pas le manoir, je vous verrai plus tard. Comme vous voudrez. Je serai dans ma chambre, Mlle, si vous avez besoin de moi. Vous ne croyez tout de même pas que Warner... On s'est déjà croisés quelque part. J'ignore encore où et quand. Mais ça me reviendra. Une équipe d'experts va bientôt arriver. Ils vont relever les empreintes et prendre des photos. Mais en attendant... Mme Peterson, vous n'aviez pas l'intention de quitter les lieux ? Parfait, j'aimerai vous voir demain. J'étais avec Marc cet après-midi quand vous l'avez appelé pour les plans. Je l'ai entendu vous dire qu'il venait ce soir. C'est moi qui ai demandé à Dayle de l'appeler. Et elle m'a prévenue qu'il devait passer. Quelles personnes étaient présentes à cet instant ? July, Lizzie...
46:39
Et le très serviable docteur Wells. Rares sont les assassins qui tuent pour le frisson. Je suis sûr que notre homme est un psychopathe et qu'il n'arrêtera pas de frapper, avant d'atteindre le but qu'il s'est fixé. Il y a un million dans la nature, nous avons affaire à un chasseur qui n'accorde aucun prix à la vie. Est-ce que ces demoiselles dorment ici ? Ce sont mes invitées pour le week-end. Une fois que mes hommes seront là, nous investiront les lieux. - Aussi je vous conseillerai... - De regagner nos chambres. Excellente idée ! Pourquoi ne pas laisser un homme en poste durant la nuit ? Mais, c'est prévu. Je vais surveiller cette maison toute la nuit, de la cave au grenier. Si la chauve-souris montre ses ailes elle peut s'attendre à une surprise. Qui est ce tueur ? En avez-vous la moindre idée ? Ça peut être n'importe qui. Nous avons un mince indice, mais rien qui puisse tenir devant un jury. J'ai peur que notre homme soit étranger au monde des criminels. C'est peut-être un commerçant. Un avocat, un médecin, un chercheur ? Quelqu'un d'éminent et de haut placé. Fermez bien vos portes à double-tour. Je garantis votre sécurité. - Pauvre Marc ! - Oui, c'est une tragédie. A votre avis, c'est la chauve-souris qui a encore frappé. Dans mon rapport, je signale que les blessures sont identiques aux autres.
48:53
Un coup paralysant, au niveau de la gorge, suivi d'une série de lacérations au niveau des jugulaires, le tout provoquant un hémorragie massive. Si je comprends bien, il n'a pas vu son agresseur ? Si, il l'a vu. Mais il n'a pas eu le temps de se défendre. Vous restez cette nuit, Andy ? Je vais m'assurer que tout est fermé. Mais je reviendrai demain matin. Et ni la neige, ni le crachin, ni le soleil accablant des longues journées d'été ne devraient interrompre la quête de ses guerriers valeureux. Certains risquent d'être sous le choc, quand la lumière sera faite. Oui, on peut s'y attendre. Bonsoir, Andy. Soyez vigilant. Je crois qu'il serait raisonnable de vous laisser dormir. Lizzie et moi, allons partager cette chambre pour plus de sûreté. Il y a quelques nuits, l'orage était si violent qu'il a coupé le courant, Alors, j'ai acheté plusieurs torches. Vous n'avez qu'à en prendre une, Dayle. Vous êtes sûres que vous n'avez besoin de rien d'autre ? Et si on vient troubler votre sommeil, eh bien criez trés fort, deux vaillantes femmes accoureront à votre rescousse. On peut dormir tranquilles, surtout avec Andy qui monte la garde. Allez, dormez bien. Ça m'étonnerait que j'arrive à fermer l'oeil. Et moi pareil. Je n'arrête pas de revoir ce pauvre Marc Flemming. Nous fixant du regard. Je croyais que quand les gens mouraient,
51:09
ils fermaient les yeux comme pour s'endormir. Ne pense plus à ça. Je suis sûre que tu y penses, toi aussi. Non, en fait je pensais à mon pauvre mari qui dort en prison, cette nuit. Si tu savais comme je l'aime ! D'où viennent ces coups ? Aucune idée. J'étais déjà pratiquement endormie. L'espace d'un instant, j'ai cru que c'était un cauchemar. Ça vient de quelque part à l'intérieur. Du deuxième étage, je dirai même. Pas tout à fait au-dessus de nous. Mais plutôt au-dessus des chambres, côté entrée. On appelle Mlle Van Gorder ? Elle va l'entendre. Elle va forcément l'entendre. Et puis franchement, est-ce que tu veux qu'on passe pour deux hystériques ? Peut-être, mais moi j'en ai plus qu'assez. C'est un asile de fou, ce manoir ! - Tu ne vas pas sortir toute seule ? - Je veux savoir ce qui se passe. Mais, Andy a dit qu'on ne serait en sécurité que dans nos chambres. Tu crois que Vick est en sécurité dans sa cellule ? Si l'argent était bien quelque part à l'intérieur, Marc Flemming, le pensait à l'évidence, c'est peut-être ça que quelqu'un cherche en ce moment. Ne me dites pas que vous n'entendez pas ces coups de bélier ! Réveillez-vous immédiatement ! La ligne intérieure et les câbles extérieurs, ont été sectionnés, impossible d'appeler à l'aide ! Où diable se trouve le Lieutenant ? Qu'est-ce que j'en sais ? Il a dû lui arriver quelque chose. Allez, enfilez votre robe de chambre.
56:21
Je t'en supplie, ne va pas là-haut. Il le faut. L'avenir de Vick est en jeu. Toi, tu restes ici. Non, je ne te laisserai pas y aller seule. Tu restes ici. C'est hors de question. Préviens-moi si quelqu'un s'approche. Laissez-moi avec elle. Pauvre petite fille. La chauve-souris ? Il s'est saisi d'elle en haut des escaliers. On l'a vu descendre à toute vitesse. On sortait de nos chambres. J'ai lancé ceci dans sa direction. Je l'ai touché, d'ailleurs. Je vais surveiller cette demeure de la cave au grenier, avez-vous dit ! Où étiez-vous donc, pendant qu'on assassinait cette pauvre enfant ? Où étiez-vous ? J'ai aperçu un homme qui marchait dehors. Je suis sorti pour le pourchasser. Je l'ai vu se réfugier dans les bois, j'ai tenté de le rattraper, ce qui m'a emmené jusqu'à la nationale. Et je l'ai perdu. J'aurais volontiers sacrifié ma propre vie pour épargner July. Je vous avais pourtant dit de ne pas sortir de vos chambres. Mais que diable faisait-elle sur le palier ? Tout ça c'est de ma faute. Elles ont entendu du bruit. Des coups de marteau provenant du 2ème étage. Je voulais voir ce que c'était et July insistait pour m'accompagner, et moi je lui ordonnai de rester. Je ne vois pas le nouveau majordome. Je ne sais pas, il doit être dans sa chambre, j'imagine.
59:55
Savez-vous ce qui s'est passé ? Non, mais j'ai entendu des hurlements. J'ai voulu réveiller Warner. Nos chambres sont en face l'une de l'autre. Mais il n'était pas dans la sienne. Son lit n'était pas défait. Si les cris ont réveillé Mme Peterson, Warner aurait dû les entendre. Vous avez raison, je les ai entendus. Ravi de l'apprendre. Alors, où étiez-vous ? J'étais dehors, près des bois. On a tué Mlle Hollander. Ça vous surprend ? Vous êtes sous le choc ? J'ai vu mieux comme performance d'acteur. Et maintenant, je me souviens de toi. Tu ne t'appelles pas Warner. J'ai un avis de recherche avec ta photo, au bureau. Il n'y a pas si longtemps la police de Chicago te recherchait pour vol. Encore exact. Ils m'ont trouvé, on m'a jugé, j'ai prouvé mon innocence et j'ai été acquitté. Disons que tu t'en es tiré cette fois. Où étais-tu quand on a tué cette pauvre enfant ? Je vous l'ai déjà dit. Dehors. - Pourquoi exactement ? - Je vous suivais, figurez-vous. Je vous ai vu suivre quelqu'un, j'ai pensé que vous auriez besoin d'aide. J'ai suivi le faisceau de votre torche jusqu'à la lisière. Puis il a disparu. Et tout à coup, alors que je scrutai péniblement l'obscurité, on m'a violemment frappé au niveau de la tête. Quand j'ai ouvert un oeil, j'étais au milieu des buissons et j'ai alors compris qu'on m'avait assommé. J'aurais adoré qu'on t'assomme.
01:01:13
Comme ça on t'aurait retrouvé le visage encore masqué. Tu étais ici même, à l'intérieur, tu t'es acharné sur elle comme une bête sauvage avec ce tisonnier. Je vous défends de m'accuser. Je ne suis pas une bête ! Je n'ai tué personne, j'en serai incapable. Changez de bouc-émissaire. Eh bien, docteur ? Je crois qu'un rapport d'autopsie vous attend. La chauve-souris a encore frappé. Pourquoi donc êtes-vous revenu ? J'ai eu un accident... à deux km d'ici en rentrant. Ma roue arrière droite a lâché et je me suis retrouvé dans le fossé. C'est l'habitation la plus proche alors, je suis revenu ici pour demander de l'aide. J'étais sûr de vous trouver dans le coin, Andy. On dirait que vous saignez. C'est à croire que vous avez reçu un violent coup derrière la tête ? Je vous ai déjà dit que j'ai eu un accident. C'est ce que vous avez dit, oui. C'est ce que vous avez dit. J'ai peut-être eu tort à votre sujet. Mais peut-être pas. Allez, on se concentre et on entame un nouveau chapitre. Des jours durant, les meurtres firent la première page des journaux. Le Lieutenant Anderson et ses hommes, passèrent la maison au peigne fin, sans succès. Warner n'avait pas été arrêté, mais on le surveillait dans ses moindres gestes. La nuit, à l'exception d'un agent en poste dans le manoir,
01:03:17
la police et les journalistes nous laissèrent un peu tranquilles. Seulement, une de ces nuits, Sans en informer Lizzie ou qui que soit d'autre... Je me mis en tête de poursuivre mes propres recherches. C'est alors que je pénétrais dans une pièce inhabitée au 3ème étage. Où nous avions rangé nos malles. Ici gît la chauve-souris... Exposé à la lumière, il se détruira. Les mains bien en l'air ! Brillante idée de me tuer dans mon laboratoire pour faire croire à tout le monde que la chauve-souris c'est moi. Mais vous auriez dû me tuer avant. Vous aviez prévu une embuscade ? Vous êtes futé, mais vous manquez de cran pour vous lancer là-dedans. De la même façon, vous avez touché vos buts, mais vous avez échoué à la recherche du magot. Moi je sais où il est caché. Et quand vous serez mort avec cet aveu posé sur la poitrine, je vais aller le chercher et je vivrai heureux jusqu'à la fin de mes jours. Il s'est détruit lui-même. Ça, c'est on ne peut plus vrai. Adieu, chauve-souris. Voilà un vaccin qui va vous guérir que vous ayez ou non la rage. Ça alors, c'est étrange ! Je dirai même que c'est bizarre. Que peut-elle bien faire à une heure pareille de la nuit ? Par tous les Saints du Ciel ! C'est purement scandaleux ! M.Davenport !
01:09:27
Enfin, c'est du joli ! La chaîne de sûreté n'était pas mise et vous dormez pendant le service ! Attendez que le Lieutenant Anderson apprenne ça ! Allez, debout ! Qu'est-ce qui vous arrive, au juste ? Je ne sais pas. J'ai mal au crâne. Tout mon corps est engourdi. Buvez donc un peu d'eau. Essayez de reprendre vos esprits, je reviens tout de suite. Ouvrez ! C'est moi, Lizzie. Je suis terriblement inquiète. Je ne trouve nulle part Mlle Cornelia. Et il est arrivé quelque chose au policier, j'ignore encore quoi, Réveillez Warner. Qu'il descende au petit salon, on a besoin de lui. - Est-ce que ça va, à présent ? - Oui, je commence à me sentir mieux. Je me souviens, maintenant. Je me suis servi un verre de vin de cette carafe, là. Mlle Van Gorder m'avait dit de me servir. Vous insinuez qu'elle vous aurait drogué ? Quelqu'un l'a fait en tout cas, quelqu'un qui savait que j'étais de service. Et qui vient aussi d'enlever Mlle Van Gorder ! Je l'ai cherchée partout dans la maison, de la cave au grenier, J'ai demandé à la servante d'appeler Warner. Le lieutenant Anderson doit être mis au courant. Ici Davenport. On a des problèmes. Pour commencer, on m'a drogué. J'ai perdu connaissace et on a profité pour enlever Mlle Van Gorder. Appelez donc Anderson et prévenez-le. Il n'est pas chez lui ? Où est-il ? Sur une affaire ? Quelle affaire ?
01:11:05
Le docteur Wells ? Est-ce que vous avez d'autres détails ? Allons, dépêchez-vous. Il faut retrouver Mlle Cornelia. Le Lieutenant Anderson est sur une autre affaire. On a retrouvé le Dr Wells mort à côté de son garage, on l'a tué. Il y a quelque d'étrange dans cet assassinat, mais le central ne veut pas s'étendre. Warner n'est pas dans sa chambre, Aucune trace de lui, nulle part. Dire que j'étais sensé surveiller ce gars-là. Où est Mlle Cornelia ? J'aimerais bien le savoir ! Vous avez bien dit que la chaîne de sûreté avait été retirée ? Alors, Mlle Van Gorder a dû sortir un petit instant. Quelle idée saugrenue ! Continuons à chercher. A l'aide, je ne peux plus respirer ! Il n'y a plus d'air ! La lumière est allumée dans une pièce du 2ème étage. Vous êtes allé là-haut, ce soir ? Bien sûr, mais j'ai pris soin d'éteindre avant de redescendre. C'est peut-être Mlle Cornelia qui a rallumé. Il faut chercher là-haut en priorité. Ici, Lizzie. Je suis là. Au dessus de la tablette de la cheminée. On est devant la cheminée. Qu'est-ce qu'on fait, maintenant ? Au dessus de la tablette. Il y a une moulure, tapez dessus avec votre poing. Mais c'est quelle moulure exactement ? Je n'en sais rien...
01:13:23
Peu importe de savoir laquelle. Essayons-les toutes. Allons, tout va bien, maintenant. Vous vous sentez mieux ? - On vous porte à votre chambre. - Non, je peux rester ici, je vais bien. Que c'est bon de pouvoir respirer sans le moindre effort. Vous savez, c'est lorsque que l'on vient à manquer d'oxygène, que l'on mesure la chance qu'on a de pouvoir respirer, Cette pièce secrète est aussi hermétique qu'une boîte. Quand la cheminée s'est refermée, c'est comme si tout l'air s'était échappé. Attention, ça se referme ! Ne la retenez pas, elle s'ouvre de l'intérieur. Les commandes étaient cachés derrière ce plan d'étages. Elles activent un moteur qui se trouve sous la trappe, ici. Une des commandes bloque la porte ouverte. Et je parierai que la cheminée de l'autre pièce, s'ouvre de la même façon. Qu'est-ce que je disais! Des commandes, dites-vous ? J'ai cherché et je n'ai rien trouvé. C'est normal, c'était dissimulé. En tout cas, c'est une sacré installation. Dommage qu'on ne puisse pas ouvrir le coffre de la même manière. Seul un spécialiste pourrait le forcer, ou alors il faudrait le percer. Justement, c'est peut-être ce que la chauve-souris avait en tête. C'est possible. Il retentera sa chance, à mon avis. Warner, a disparu. - C'est vrai ? - Et on a assassiné le Dr Wells. Le Lieutenant Anderson, est en ce moment même sur l'affaire. Est-il au courant de ce qui s'est passé ici ce soir ?
01:15:16
Oui, on l'a contacté, il devrait bientôt arriver. D'où viennent ces flammes ? Le garage est en feu ! Vous allez où comme ça ? - Prévenir les pompiers. - Personne ne doit bouger d'ici. Mais et le garage, alors ? Eh bien, qu'il brûle ! Surveillez l'escalier. Ce feu n'est qu'une diversion pour nous faire sortir de la maison. Nous faire sortir... Vous parlez de... Mais oui, c'est la chauve-souris, évidemment. Maintenant qu'on a éteint, il croira qu'on est partis et il va rappliquer. Tout comme le Lieutenant. Ça j'y compte bien, mais un peu plus tard, j'en ai peur. Et la chauve-souris nous tuera si on croise son chemin, il faut se montrer plus malin que lui. Vous seriez plus en sécurité en bas. Je vais m'occuper de lui. Que les autres descendent. Mais moi je ne bouge pas d'ici. Bon d'accord, alors cachez-vous. Allez, debout mesdames, et finissons-en. Certains ont vu mon visage avant de mourir. Je ne vous donnerai pas ce plaisir, je suis désolé. J'aurais aimé lire cette scène dans un de vos livres, Mlle Van Gorder. Malheureusement, vous ne l'écrirez jamais ! Ce monstre n'était autre que Warner, j'en étais sûre. Vous vous méprenez, Mlle Allen. Warner ? Je déteste être soupçonné de meurtre, Mlle. Je me rendais à l'aéroport, mais à mi-parcours, j'ai changé d'avis. Et je suis revenu. Je crois que j'ai bien fait. Mon Dieu ! C'est le Lieutenant Anderson.
01:18:53
Eh oui, c'était Anderson. Il avait découvert l'antichambre secrète et s'apprétait à y pénétrer. Afin de forcer ce maudit coffre-fort. Nous trouvâmes l'argent volé, 1 million en coupures de 10, 20 et 100 dollars. Ce vieux filou d'Andy. Tous ces milliers de dollars, détournés recyclés en bon au porteur, En voilà une façon bien audacieuse de cacher des biens mal acquis. Et avec quel aplomb ! Toujours tellement respectable. Mais la morale de l'histoire... c'est que même si vous regorgez d'audace, un assassin paie toujours. On y est, Dayle. Point final ! Sous-titrage: Bach Films © 2011

DOWNLOAD SUBTITLES: