The Unknowns: Mystifying UFO Cases

The Unknowns: Mystifying UFO Cases

SUBTITLE'S INFO:

Language: French

Type: Human

Number of phrases: 294

Number of words: 4318

Number of symbols: 24580

DOWNLOAD SUBTITLES:

DOWNLOAD AUDIO AND VIDEO:

SUBTITLES:

Subtitles prepared by human
00:37
Je ne me suis jamais vraiment intéressé aux observations d'OVNIs. Je me suis renseigné sur quelque cas, mais ma curiosité n'est jamais allée plus loin. Je trouve juste que beaucoup trop souvent ces histoires d'OVNIs se concentrent sur le mystère lui-même, et non sur la résolution de ce mystère. Les explications plausibles y sont éclipsées au profit de théories fantasques. Il y a un «documentaire» en ce moment sur Netflix, et j'utilise le terme «documentaire» avec beaucoup de recul, à propos d'un homme qui se dit harcelé et poursuivi par des extra- terrestres. Dans une scène, on aperçoit quelqu'un à la fenêtre avec l'un de ces masques que l'on porterait pour Halloween, et la scène est jouée de façon très sérieuse. Nous, les spectateurs, sommes censés croire que l'on vient d'assister à une rencontre du troisième type, alors que cela ressemble plutôt à une rencontre du type «des bonbons ou un sort». Néanmoins, ce «documentaire» a attiré ma curiosité. J'ai donc commencé à en apprendre plus sur le phénomène des OVNIs, me plongeant dans cette vaste mythologie de laquelle je n'avais qu'une
01:50
compréhension très limitée. Dès le début je fus entraîné dans ce chemin sinueux d'enlèvements par des extra-terrestres, de conspirations gouvernementales et d'expériences extra-terrestres qui ressemblaient à des brouillons rejetés d'épisodes de la série X-Files. Mais de temps en temps, je tombais sur des choses un peu plus crédibles. Des histoires qui étaient vraiment difficiles à rationaliser. Rien qui n'allait me convaincre que la Terre est un centre de vacances intergalactiques, mais des histoires déroutantes malgré tout. Pour vous mettre à la même page que moi, nous devons retourner en 1947. À l'été 1947, les journaux et les agences gouvernementales en Amérique du Nord furent inondées de témoignages d'observations d'étranges objets dans le ciel. Cette obsession des OVNIs fut provoquée par un pilote nommé Kenneth Arnold. Le 24 Juin, Arnold volait au dessus des montagnes Cascade dans l'État de Washington quand il observa une formation de neuf objets ressemblant a des soucoupes filant à travers le ciel. À l'insu d'Arnold, cette observation popularisera le terme de
03:03
soucoupes volantes. Ces disques scintillants semblaient voyager a une vitesse de 2000 km/h, une vitesse encore jamais atteinte par un avion en 1947. Arnold suspecta d'abord qu'il avait observé un essai militaire secret mais l'US Air Force nia rapidement ces accusations et rejeta la faute sur une illusion d'optique. Mais ce n'était pas aussi simple. Non seulement Arnold était un pilote expérimenté, mais son histoire était corroborée par des témoins au sol qui décrivirent tous une série d'objets de forme ovale volant a une vitesse exceptionnelle. De plus, d'autres observations avaient été signalées les jours précédents et allaient continuer pendant de nombreux jours. Plus de 800 cas en moins d'un mois, incluant le fameux incident de Roswell. Publiquement, l'US Air Force réduisit les témoignages à rien de plus qu'un mélange d'imaginations débordantes et de mauvaises interprétations de phénomènes naturels, mais en interne l'Air Force était toute aussi confuse que le public et même assez inquiète. Des centaines de personnes, ne se connaissant pas
04:08
et de tous milieux, incluant des militaires hauts gradés, des scientifiques, des ingénieurs, des personnalités politiques et des pilotes professionnels rapportèrent des expériences étrangement similaires sur une période de quelque semaines. Le public et les services de renseignements devinrent peu à peu convaincus que quelque chose se cachait parmi les nuages. Fin juin 1947, l'Air Force lança secrètement une enquête préliminaire soupçonnant que certains de ces OVNIs pouvaient être d'origine étrangère ou même céleste. À la fin du mois de septembre, l'existence de véhicules aéronautiques avancés ne pouvait pas être éliminée. Alors que la majorité des cas pouvait être attribuée à des phénomènes naturels, la manœuvrabilité et le caractère évasif présenté par certains OVNIs résistaient à toutes les explications conventionnelles. Il était spéculé que ces OVNIs apparemment mécaniques pouvaient faire partie d'un projet militaire top secret soit national, soit étranger. On craignait que l'Union Soviétique ait récupéré des technologies allemandes après la Seconde Guerre Mondiale et qu'elle développait
05:24
des avions avancés capables d'infiltrer l'espace aérien états-unien sans être repéré. Cela mena à la formation du Projet Sign. Une enquête classifiée qui allait tenter de déterminer si oui ou non les OVNIs présentaient une menace a la sécurité nationale. Alors que les membres du projet envisageaient plusieurs pistes plausibles, à l'été 1948 une minorité de cas crédibles et bien documentés ne purent pas être résolus. Ces affaires furent appelées «unknowns», les inconnus. Par procédé d'élimination le Projet Sign conclut que l'explication la plus probable pour les affaires les plus inexpliquées était la thèse extra-terrestre. En d'autres mots, les «unknowns» ne semblaient pas être originaires de la Terre. Cependant, quand ce rapport atteignit le Pentagone, il fut rejeté. L'explication interplanétaire fut déclarée sans fondements et le rapport fut finalement abandonné. Le Projet Sign fut dissout peu après et les enquêtes qui suivirent échouèrent
06:30
à déterminer la nature de ces «unknowns». Le successeur du Projet Sign, le Projet Blue Book, conclut simplement qu'il était statistiquement improbable que des OVNIs possèdent des capacités technologiques supérieures aux nôtres. Comme la majorité des observations d'OVNIs sont des mauvaises interprétations de phénomènes naturels on présuma que toutes les observations d'OVNIs sont probablement des mauvaises interprétations. Le financement pour la recherche sur les OVNIs n'était donc plus justifié puisque la menace à la sécurité nationale était manifestement inexistante. La recherche sur les OVNIs financée par le gouvernement prit officiellement fin avec la dissolution du Projet Blue Book en 1969, et l'Air Force a depuis déclaré le problème résolu. Sur 12 618 observations d'OVNIs, 701 furent déclarées comme «unknowns». Toutefois, certains pensent que de nombreux cas ont été mal identifiés et que plus de 1700 cas auraient dû être classés en «unknowns». Bien que le gouvernement des Etats-Unis traite ces «unknowns» comme de simples anomalies statistiques, la
07:33
question fondamentale reste en suspens : Qu'est ce que ces personnes ont vu ? Quel genre de phénomène naturel reste inexpliqué malgré des décennies de surveillance ? Le 24 Mai 1949 en fin d'après-midi, six personnes pêchaient sur le fleuve Rogue dans l'État de l'Oregon. Soudainement, l'un d'eux remarqua un objet rond et scintillant dans le ciel. Ne bougeant presque pas, il faisait du surplace à presque 1500m d'altitude. Il était difficile de discerner des détails a l'œil nu, mais heureusement l'un des pêcheurs avait apporté une paire de jumelles avec un agrandissement x8. Les jumelles révélèrent clairement un appareil métallique de fabrication inconnue. Il était rond et plat, d'environ 10 mètres de diamètre, et possédait un aileron arrondi sur le toit. Il présentait une surface réfléchissante de couleur argentée et qui semblait un peu sale. Il ne possédait aucun moyen de propulsion conventionnel et il n'émettait aucun
08:47
son. Après 2 minutes d'observation, l'OVNI s'éloigna doucement dans la direction opposée au vent avant de disparaître à la vitesse d'un avion à réaction. Outre les témoignages concordant et les croquis détaillés, ce qui rend cette affaire intéressante est que deux des observateurs étaient employés dans une base de recherche aéronautique, ils avaient donc une bonne connaissance en aéronautique. De plus, l'histoire n'atteignit jamais le public. Ce point est important car si c'était un canular on s'attendrait à ce que ses créateurs cherchent l'attention des médias, cependant les témoins ne contactèrent pas la presse. L'histoire ne devint connue du public que bien des années plus tard quand des chasseurs d'OVNIs redécouvrirent l'affaire, ce qui révéla que le Projet Blue Book avait conclu dédaigneusement qu'il avait dû s'agir d'un avion mal identifié ou d'un ballon météorologique. Il nous suffit désormais de trouver un avion en forme de pancake ou un ballon autopropulsé et insensible au vent. Si l'on passe un peu de temps à se renseigner sur les OVNIs on tombe rapidement sur une explication
10:10
répétée sans cesse : ballons météorologiques. La bataille de Los Angeles ? Un ballon. L'incident de Roswell? Un ballon top secret. L'incident de Mantell ? Encore une fois, un ballon. Malheureusement pour les partisans de la thèse extra-terrestre, c'est souvent une explication assez convaincante. Cependant, c'est bien moins convaincant quand les observateurs de l'OVNI sont eux même en train de lancer un ballon. Le 24 Avril 1949, un groupe de cinq météorologistes venaient de lancer un ballon météorologique dans le désert du Nouveau Mexique et suivaient leur ballon avec un télescope spécial. Soudainement, la personne opérant le télescope aperçut un autre objet dans le ciel et alerta le reste du groupe, tous pouvaient voir l'OVNI a l'œil nu. Il était de forme elliptique et de couleur blanchâtre, argentée et jaunâtre. Il était impossible de déterminer avec précision son altitude et sa taille à cause du manque de point de référence, mais il semblait voler à une altitude extrêmement haute et bougeait si rapidement à travers le ciel qu'il était difficile
11:13
à suivre avec le télescope. Il resta visible pendant à peu près une minute avant d'arrêter soudainement son mouvement horizontal et de disparaître par une ascension quasiment verticale dans le ciel dégagé. Il ne faisait aucun bruit et voyageait à contre-vent. Un an avant, le 5 avril, un incident très similaire eut lieu. Dans le désert du Nouveau Mexique, trois météorologistes observaient un ballon météorologique quand ils remarquèrent un OVNI se déplaçant à une très grande vitesse. Il était de forme ronde et de couleur blanchâtre, grisâtre et dorée. Il volait de façon imprévisible dans le ciel et effectua des boucles verticales pendant environ 30 secondes avant de disparaître. Le désert était complètement silencieux, mais l'OVNI manœuvra violemment sans produire un seul son. Le 16 juin 1951, dans le désert du Nouveau Mexique, deux météorologistes ainsi que plusieurs pilotes et civils remarquèrent deux OVNIS dans les environs du ballon qu'ils observaient. Le ballon avait atteint une altitude de 35 km et, bien qu'il avait un diamètre de près de 30 mètres,
12:16
les deux OVNIs était environ 3 à 5 fois plus larges et semblaient voler au-dessus du ballon. Ils étaient de forme elliptique et de couleur blanche et grise. Ils orbitèrent autour du ballon pendant à peu près 40 secondes avant de disparaître au loin à une vitesse exceptionnelle. Ce ne sont que trois exemples choisis parmi de nombreux cas similaires, et bien que les témoins impliqués ne pouvaient pas être plus qualifiés pour identifier des phénomènes aériens, aucun ne put expliquer ce qu'ils avaient vu. Juste avant minuit le 19 juillet 1952, les écrans radars dans et autour de Washington D. C. repérèrent un groupe de 5 à 10 cibles non identifiées. Il n'y avait aucun vol prévu dans cette zone et les OVNIs ne prenaient aucun couloir aérien établi. La possibilité d'une défaillance radar fut rapidement éliminée puisque les écrans radars dans trois différents aéroports affichaient les mêmes cibles non identifiées. Finalement, les objets purent être confirmés visuellement comme
13:34
des orbes de lumière se déplaçant lentement à travers le ciel. Après un moment les objets commencèrent à se déployer rapidement dans le ciel nocturne de Washington D. C. Ils volèrent au-dessus de la Maison Blanche, du Capitole, et de nombreuses autres zones de haute sécurité d'une manière désorganisée et imprévisible. En plusieurs occasions, les OVNIs effectuèrent des virages serrés à 90 degrés et certains inversèrent complètement leur trajectoire en seulement quelque secondes. Les opérateurs radars étaient perplexes. Aucun avion n'était capable d'effectuer de telles manœuvres. Des contrôleurs du trafic aériens, des opérateurs radars, des pilotes, des militaires, et d'innombrables civils signalèrent tous des observations d'OVNIs. Un pilote resta à proximité des OVNIs pendant environ 14 minutes, les décrivant comme des lumières blanches avec aucune forme reconnaissable. Si certaines lumières volaient en parallèle de l'avion, d'autres semblaient voler en dehors de l'atmosphère terrestre. Les observations du
14:35
pilote concordaient également avec ce que détectaient les écrans radars, suggérant qu'il s'agissait effectivement d'objets volants physiques plutôt que des mauvaises identifications radars. Après plus de trois heures, deux avions à réaction furent déployés pour intercepter les OVNIs mais quelque instants avant leur arrivée, les objets accélérèrent à des vitesses excédant les 10 000 km/h et disparurent hors de vue. Cependant, quand les avions retournèrent se ravitailler en carburant, les OVNIs réapparurent dans les cieux. Environ cinq heures après la détection initiale, le dernier OVNI disparut des écrans radars. Mais une semaine plus tard, les OVNIs apparurent une nouvelle fois. Le soir du 26 juillet, de nombreux OVNIs furent observés en train de se déplacer très rapidement dans les cieux au-dessus et autour de Washington D. C. Ils partageaient de nombreuses similarités avec les OVNIs de la semaine passée, apparaissant comme des orbes de lumière capables de vitesses supersoniques. Les équipages et les passagers de plusieurs avions de ligne pouvaient à nouveau
15:39
confirmer visuellement l'existence de nombreux des OVNIs détectés par les écrans radars. Quatre avions à réaction furent déployés pendant la nuit et deux des pilotes virent quelque chose en deux occasions séparées. Un pilote vit quatre lumières blanches alors que l'autre vit une lumière blanche. Cependant, aucun des deux ne put s'approcher suffisamment pour faire une identification précise puisque les deux avions étaient facilement battus en terme de manœuvres par les OVNIs. Sous la pression croissante du public demandant une explication à cette invasion apparente de la capitale des Etats-Unis, l'Air Force tint une conférence de presse le 29 juillet. À la conférence ils déclarèrent que le phénomène d'inversions de température était à blâmer. Il s'agit d'un phénomène atmosphérique dans lequel des couches d'air chaud piègent des poches d'air froid ce qui peut mener à de faux retours sur les écrans radars. Réciproquement, les observations visuelles étaient supposément des mauvaises interprétations d'étoiles, de météorites ou de reflets étranges émanant de sources de lumières naturelles. En d'autres mots, il s'agissait juste d'un gros malentendu et il n'y avait aucune raison de s'alarmer.
17:32
Il s'agit d'une explication très curieuse puisqu'elle ignore complètement des éléments cruciaux. Tout d'abord, les observations visuelles et les détections radars furent confirmées comme étant une seule et même chose à plusieurs occasions. Quand les pilotes déclaraient avoir un contact visuel avec un OVNI, le personnel au sol confirmait son existence et sa position sur les écrans radars. Quand les pilotes déclaraient qu'un OVNI avait disparu il disparaissait simultanément des écrans radars. Un autre problème flagrant est que le phénomène d'inversions de température se produisit de manière quotidienne pendant tout l'été 1952, alors que les cibles radars non identifiées n'apparurent que pendant les deux nuits en question. Le personnel à la base aérienne d'Andrews n'était pas sûr de ce qu'ils avaient vu, déclarant qu'ils avaient pu avoir vu des météorites ou d'autres phénomènes naturels. Mais le sénior contrôleur du trafic aérien à l'aéroport national de Washington était certain qu'ils avaient détecté des objets solides effectuant des manœuvres tout en niant explicitement la possibilité de cibles liées à la météo. De plus, aucun
18:35
des opérateurs radars n'était d'accord avec les conclusions de l'Air Force. Tous étaient certains qu'ils avaient suivis des objets volants métalliques. Même l'Agence Nationale de Météorologie était en désaccord avec la théorie d'inversions de température déclarant qu'un tel phénomène apparaîtrait sur les écrans radars comme des traînées sans formes plutôt que des points nets et définissables. Malgré ces contradictions flagrantes, l'Air Force conclut que le phénomène d'inversions de température était à blâmer et que rien d'extraordinaire ne s'était passé. Toutefois, de manière un peu paradoxale, les fichiers du Projet Blue Book classent le cas parmi les «unknowns» tout en étant d'accord avec les conclusions de l'Air Force. Le 24 avril 1964, l'officier de police Lonnie Zamora était à la poursuite d'une voiture filant à toute allure en dehors de la ville de Socorro dans le désert du Nouveau Mexique quand il fut alerté par un grand bruit et une flamme lumineuse dans le ciel. Croyant qu'il s'agissait d'une explosion, il abandonna la poursuite et se dirigea vers la
19:50
lumière pour l'examiner. La flamme était bleue et orange et semblait descendre en direction du sol environ 500 mètres plus loin. Après une conduite difficile à travers le terrain accidenté il remarqua un objet de couleur blanche et argentée à environ 200 mètres. Il pensa d'abord qu'il s'agissait d'une voiture retournée et il aperçut deux hommes en combinaison blanche se tenir debout à côté. Les deux hommes semblèrent alarmer par la présence de Zamora et regardèrent droit dans sa direction, mais une fois qu'il eut traversé une petite colline, ce qui obstrua temporairement sa vue, les deux hommes avaient disparu. Zamora pouvait désormais voir que ce n'était pas une voiture mais une sorte d'objet elliptique, soutenu par quatre pieds métalliques. L'objet avait un diamètre d'environ 5 mètres et possédait un insigne rouge imprimé sur le côté. Il continua à pied et était à environ 30 mètres de l'objet quand il entendit des bruits sourds, comme si quelqu'un fermait une porte, puis une flamme sans fumée, rappelant
20:50
celle d'un chalumeau, apparut soudainement de sous l'appareil. Cette flamme était encore de couleur bleue et orange et elle produisait le même rugissement qui augmentait en fréquence. Puis tout doucement, l'objet commença à s'élever. À ce moment, Zamora commença à être effrayé et le très grand bruit lui donna l'impression que l'OVNI était sur le point d'exploser, il se précipita alors derrière sa voiture pour se mettre à l'abri. Mais après un moment l'OVNI devint complètement silencieux et faisait désormais du surplace à environ 6 mètres au-dessus du sol. Sa vitesse augmenta progressivement jusqu'à disparaître au loin. Si Zamora fut la seule personne à voir l'appareil de près, de nombreux témoins avaient chacun de leur côté signalé des observations d'un OVNI de forme ovale et d'une flamme bleuâtre avant que l'histoire n'eut atteint la presse. Un témoin en particulier avait observé la descente d'un OVNI de forme ovale et une voiture de police le suivant. Un deuxième officier de police arriva sur les lieux en quelque minutes et le FBI ainsi que l'Air Force convergèrent
21:58
bientôt sur les lieux. Le lieu présumé de l'atterrissage fut examiné rigoureusement et photographié. De l'herbe et des buissons avaient été brûlés et étaient toujours en train de se consumer quand les premiers policiers arrivèrent sur place. Certaines de ces plantes carbonisées étaient connues pour être particulièrement difficiles à enflammer. Les enquêteurs découvrirent également quatre marques triangulaires dans la terre et elles semblaient fraîches puisque de la terre séchée avait été déplacée révélant de la terre encore humide. Des traces de pas furent aussi découvertes dans la zone rectangulaire des marques. Aucun hélicoptère n'avait été à proximité, l'insigne sur l'appareil ne put pas être identifié, le site n'était pas radioactif, les écrans radars n'avaient rien détecté d'inhabituel et les échantillons de terre récupérés sur le lieu de l'atterrissage ne révélèrent aucune trace d'agent propulseur. Certains affirment que du sable vitrifié avait été récupéré, ce qui se produit lorsque des températures extrêmes transforment le sable en verre. Cependant, d'autres réfutent cette affirmation donc il est difficile de savoir avec certitude.
23:01
Néanmoins, aucun des enquêteurs ne pensait qu'il s'agissait d'un canular. Les traces de pas étaient localisées et ne s'éloignaient pas des marques triangulaires. Si l'on suppose que Zamora ait créé les marques lui-même et d'une manière ou d'une autre réussi à enflammer la végétation pratiquement ininflammable, il aurait dû le faire sans laisser aucun indice ou traces de pas excepté quelque unes près du centre. Zamora fut considéré extrêmement fiable par tous ceux qui le connaissaient mais plus important encore par ceux qui l'ont interrogé. Malgré de nombreuses opportunités, il ne tira jamais profit de son observation et il ne sembla pas non plus apprécier l'attention que son histoire suscitait. Aucun indice de canular n'a jamais été découvert et l'intégrité de Zamora demeura intacte jusqu'à sa mort plusieurs décennies plus tard. L'enquête du Projet Blue Book échoua à atteindre une conclusion. L'explication la plus plausible semblait être que Lonnie Zamora avait vu une sorte d'appareil expérimental classé secret défense. Une explication privilégiée par la population locale ainsi que par Zamora lui-même. Étant donné
24:06
que la zone d'essais militaires très secrète connue sous le nom de zone d'essais de White Sands se situe juste à côté, c'est certainement une possibilité. Cependant, la conception inhabituelle et les capacités avancées de l'appareil observé fait que cela reste difficile à croire. De manière peu surprenante, les militaires nièrent l'existence d'un tel appareil. De nombreuses années plus tard, le capitaine de l'Air Force en charge de l'enquête se souvint d'un appel téléphonique étrange qu'il reçut à l'époque. Un militaire haut gradé du Pentagone l'avait appelé et personnellement questionné à propos de l'affaire, ce qu'il trouva très inhabituel. Il trouva qu'il n'était pas conventionnel pour un colonel de passer un tel coup de téléphone et donc il se demanda : «Pourquoi donc étaient-ils si intéressés ?» Pourquoi est-ce que, alors que la moitié de la population mondiale se promène avec une caméra à haute résolution dans la poche, les images hautes résolutions de soucoupes volantes semblent inexistantes ?
25:23
J'ai vu de nombreuses variantes de ce raisonnement avant et à première vue cela paraît être très convaincant. Si cela est vrai que les caméras sont plus faciles d'accès et que la qualité vidéo s'est améliorée grandement pendant les dernières décennies, il en va de même pour la qualité des canulars. Grâce aux logiciels comme After Effects presque n'importe qui peut créer un canular convaincant, ce qui veut dire que des vidéos comme celles-ci ne seront jamais la preuve irréfutable qu'elles auraient sûrement été il y a quelque décennies. Imaginez une situation idéale quelque instants. Imaginez qu'un individu fiable, avec aucune connaissance en effets visuels et aucun intérêt pour les OVNIs, filme un vrai appareil non identifié avec sa caméra haute résolution. Pas un amas de pixels comme si cela avait été filmé par un studio de films pour adultes japonais, ni une sorte de traînée indiscernable qui nécessiterait d'appeler Les Experts, mais un appareil réel et clairement perceptible qui défierait toutes les explications conventionnelles. Même dans ce cas, l'authenticité de la vidéo serait inévitablement remise en question et il serait
26:24
selon toutes probabilités impossible de prouver que cela est réellement arrivé. Je me souviens qu'en 2011 à Jérusalem, un OVNI fut filmé par plusieurs personnes depuis plusieurs endroits. L'affaire a attiré l'attention du monde entier car les différents lieux d'observations donnèrent du crédit à l'authenticité de cette observation. Cependant, quelque temps après, une équipe de journalistes retrouvèrent les personnes ayant filmé l'OVNI et découvrirent que l'un d'eux était réalisateur et professeur de cinéma alors que les autres étaient justement des étudiants dans la même école de cinéma. Les drones ont aussi rendu très faciles la mise en scène d'observations d'OVNI. Des lumières étranges dans le ciel nocturne effectuant des manœuvres apparemment irréalisables ? Les drones existent. Quelque chose qui ressemble à un appareil solide dans le ciel dégagé et qui ne ressemble pas du tout à un drone conventionnel ? Les drones existent. Cela est devenu pratiquement impossible d'éliminer les explications conventionnelles car presque tout le monde sur cette planète a accès facilement aux cieux.
27:26
Au point où nous en sommes, rien de moins qu'un vaisseau spatial atterrissant au beau milieu de Times Square ne serait jugé convaincant. Cela est au moins en partie pourquoi j'ai choisi de me concentrer sur des cas plus vieux, comme aucun de ces problèmes n'existaient il y a quelque décennies. Le premier directeur du Projet Blue Book, Edward J. Ruppelt, écrivit un livre à propos des affaires sur lesquelles lui et son équipe ont enquêté. Dans ce livre, il décrit un changement drastique d'attitude à l'égard de la recherche sur les OVNIs à la suite du rejet de l'hypothèse extra-terrestre. L'Air Force ne chercha plus à comprendre la nature des OVNIs mais plutôt à discréditer le phénomène dans sa globalité. D'après ses propres mots : «Tout ce qui était évalué devait l'être en partant du postulat que les OVNIs ne pouvaient pas exister.» «Peu importe ce que tu vois ou entends, n'y crois pas.» À la suite de l'incident susmentionné de Washington D. C. en 1952, cette prédisposition ne fut que renforcée. Les enquêteurs s'étaient vus donné l'ordre de se concentrer sur les affaires qu'ils pouvaient résoudre et de ne
28:26
jamais parlé des «unknowns» en public. Le sujet devait être discrédité et ridiculisé et donc il l'a été. Ce qui avait été initialement perçu comme une menace potentielle à la sécurité nationale avait maintenant été, à travers une campagne montée de toutes pièces à destination du public, réduite à une pseudoscience socialement inacceptable. Ruppelt écrit dans son livre : «Ce changement dans le fonctionnement des opérations du projet OVNI fut si prononcé que, comme de nombreuses autres personnes, je me suis demandé si il n'y avait pas une raison cachée pour ce changement. Est-ce que c'était en fait une tentative de dissimulation, pour rendre le projet plus secret ? Est-ce que c'était un effort pour dissimuler le fait que les OVNIs furent prouvés comme étant interplanétaires et que cela devrait être caché du public à tout prix pour éviter une panique de masse ?» «Peut-être que j'étais juste le représentant d'une grosse opération de dissimulation.» Ruppelt spécule bien entendu mais, en prenant en compte le fait qu'il était à la tête de l'opération, cela nous fait nous demander s'il n'y a pas un semblant de vérité derrière ces préoccupations. Si l'on suppose
29:33
que les militaires mentent alors comment pouvons-nous faire la différence entre un mensonge à propos de vaisseaux extra-terrestres et un mensonge à propos d'appareils classés secret défense ? Nous ne savons rien d'aucun des deux et donc les deux mensonges nous paraîtraient identiques. Ce que je veux dire est que, je veux croire, mais je ne suis juste pas sûr à quoi je suis supposé croire. Après avoir lu à propos de quelque centaines d'affaires je me sens encore plus confus que quand j'ai commencé. Les choses paraissaient alors si simples. Je pouvais juste me moquer d'un homme qui faisait semblant d'avoir peur d'un masque d'Halloween. Aucune grandes conspirations. Aucun extra-terrestres. Rien de cela. Juste une peur mortelle et un bout de plastique. Des temps plus simples.

DOWNLOAD SUBTITLES: